C


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


CLÉMENT LOUIS

Professeur de littérature française (1858-1926)


ÉTUDES
Suit son père dans ses mutations ; lycée de Besançon, puis lycée Louis-le-Grand ; admis à l’École normale supérieure en 1879 ; scolarité à l’École normale supérieure (1879-1881) ; agrégé de grammaire en 1882 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 24 mai 1899.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Professeur au lycée de Sens (23 juillet 1882) ; professeur au lycée d’Orléans (22 juillet 1883) ; professeur au collège Stanislas de Paris (14 septembre 1887) ; professeur au lycée Hoche de Versailles (5 août 1896) ; professeur au lycée Janson de Sailly (11 août 1897) ; professeur au lycée Buffon (11 août 1902) puis au lycée Saint-Louis (10 octobre 1902) ;
nommé maître de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Lille en janvier 1905 ; nommé professeur titulaire de littérature française (1er avril 1907) ; mis à la disposition du ministre des Affaires Étrangères comme professeur de littérature française à l’université égyptienne du Caire en 1912 puis détaché chaque année jusqu’à son décès en 1926. Il découvre en Égypte les merveilles de l’Égypte pharaonique, y rencontre Pierre Jouguet ; il revient tous les ans passer l’été en France ; nommé en 1925 professeur de littérature et philologie françaises au Caire.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Grammaire de la langue française (1887) ; Versification de La Fontaine (1888) ; Fables de la Fontaine (1894) ; Périclès et Fabius Maximus (édition critique, 1896) ; Henri Étienne et son œuvre française (thèse, 1899) ; La vie des hommes illustres grecs et romains (1906).

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Les rapports d’inspection sont assez critiques sur son travail dans l’enseignement secondaire : « professeur passable [...]. Corrige les copies mais un peu superficiellement [...]. Bienveillant et doux mais de caractère faible et inégal, n’a qu’une autorité précaire [...]. Punis beaucoup et assez souvent lève les punitions sur les instances des élèves. En est réduit fréquemment à exclure des élèves [...]. Classe morne sans émotion [...]. Le professeur a beau parler beaucoup ; son agitation ne fait pas illusion » (rapport de 1903) « Serait capable de bien faire s’il savait gouverner une classe » (rapport de 1904).
Dans l’enseignement supérieur, on note très vite ses grandes capacités d’expression et l’importance de ses connaissances en littérature française. Le rapport de 1908 signale : « très apprécié des étudiants qui tirent grand profit de son enseignement [...]. Monsieur Clément a donné des leçons publiques très intéressantes » (rapport de notation de septembre 1908 par Georges Lyon).

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]