D


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


DAUTREMER FRANÇOIS

Professeur de littérature latine (1861-1941)


ÉTUDES
Baccalauréat ès lettres en 1880 ; boursier de licence à la Sorbonne (novembre 1881-octobre 1882) ; licence ès lettres en avril 1882 en Sorbonne ; École normale supérieure (1882-1885) ; agrégation des lettres en 1885 (4e) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 28 décembre 1900.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Professeur de rhétorique au lycée de Troyes (septembre 1885-août 1887) ; maître surveillant à l’École normale supérieure (août 1887-août 1888) ;
chargé de la maîtrise de conférences de littérature latine à la faculté des lettres de Lille (26 juillet 1888-1900) ; nommé professeur de troisième puis de seconde au lycée Louis-le-Grand (1er janvier 1900- 30 septembre 1926, date de sa retraite).

PRINCIPAUX OUVRAGES
Ammien Marcellin (thèse, 1900).

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
L’avis du recteur daté du 14 juin 1892 signale : « Avec son air fringuant, ses moustaches fièrement troussées, M. Dautremer fait plutôt penser à l’Aramis des Trois Mousquetaires qu’à un professeur. Son traitement est assurément modeste. Je crains que son zèle ne le soit aussi [...]. J’ai assisté à une de ses conférences, le 14 février. Elle est indiquée sur l’affiche à 10 h 30 mais l’appariteur m’explique qu’elle n’a lieu qu’à 11 heures [...]. M. Dautremer arrive sans livre, sans serviette, sans rien qui rappelle la mission du professeur [...]. La conférence est consacrée à une explication d’Horace. Il tire de sa poche quelques feuillets détachés d’une édition classique [...]. Cela ne dépasse pas l’explication moyenne d’une classe de lycée ».
Les autorités administratives lilloises et parisiennes regrettent à de nombreuses reprises que F. Dautremer ne prépare pas assez ses thèses, ce qui explique son retour dans un poste de lycée en 1900 (lettre du Ministère datée du 30 juillet 1900 au recteur Lyon) : « Si à la fin de la prochaine année scolaire, il n’a pas été reçu docteur dans les conditions où il convient que le soit un maître qui appartient déjà à l’enseignement supérieur, sa délégation ne sera pas renouvelée ». Un an après, les thèses ont bien été déposées mais le comité consultatif met en cause leur valeur réelle. Ses thèses sont une première fois déposées mais le comité les refuse : « trop peu nourrie et trop négligemment écrite » (lettre dans son dossier aux Arch. nat.). En 1923 ; l’inspecteur général note : « la classe est une causerie agréable, pleine de [...] remarques piquantes, justes. Elle n’est pas solidement composée et sent un peu l’improvisation » (dossier personnel). Il a espéré, un temps, être nommé directeur du petit lycée Janson de Sailly.

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]