D


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


DUVAU LOUIS

Professeur de philologie classique (1864-1939)


ÉTUDES
Études au lycée d’Orléans ; baccalauréat ès lettres ; boursier de licence en Sorbonne (1882-1883) ; licence ès lettres en 1883 ; boursier d’agrégation en Sorbonne (1883-1884) ; agrégation de grammaire en 1884 ; boursier de recherches à l’École pratique des Hautes Études (1884-1885) ; séjour dans les Universités de Leipzig, Vienne et Prague (un an) ; membre de l’École française de Rome en 1887-1888 ; thèse non achevée.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Chargé de cours de philologie et grammaire comparée à la faculté des lettres de Dijon (septembre à décembre 1888) ;
chargé de cours de philologie classique à la faculté des lettres de Lille (1er janvier 1889) puis maître de conférences. En 1891, il entre à l’École des Hautes Études comme maître de conférences de grammaire comparée (au poste de Ferdinand de Saussure) ; il supplée Michel Bréal au Collège de France en 1901-1902.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Déclamation latine (sans date) ; Cours élémentaire de métrique grecque et latine (1886) ; collabore à L’épopée celtique en Irlande d’H. d’Arbois de Jubainville ; articles dans les journaux et dans de nombreuses revues : la Revue celtique (« Les poètes de cour irlandais et scandinaves », 1896), le Journal des savants (« La formation de la mythologie scandinave », 1899), les Mémoires de la Société de linguistique (Glossaire latin-allemand en 1889 ; Notes de syntaxe comparée en 1898 ; Remarques sur la conjugaison française en 1898).

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Il est l’un des directeurs de la Revue de philologie (1888-1897) ; secrétaire de rédaction de la Revue celtique (1897-1901) ; administrateur de la Société de linguistique de Paris de 1892 à sa mort. Il s’est principalement consacré à l’étude des langues scandinaves et du vieil islandais.
« Avec une grande autorité, il traita des inscriptions dialectales latines, du vocalisme du latin et des dialectes italiques, de la phonétique du gothique, de celle du scandinave comparée avec celle des autres dialectes germaniques, de l’analyse étymologique du vieux-norrois, de l’explication de textes anglo-saxons [...]. Il étudiait aussi avec passion, depuis plusieurs années, le vieil islandais » (Bull. Soc. lettres, sciences et arts du Saumurois). Sa bibliothèque de 2 500 volumes fut léguée en 1923 par sa mère qui habitait la Fosse-Bellay, à la bibliothèque municipale de Saumur.

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]