G


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


GASTINEL PIERRE



ÉTUDES
Baccalauréat ès lettres en 1915 ; École normale supérieure (1918-1921) ; licence ès lettres en 1918 ; agrégation des lettres en 1921 ; service militaire en 1921-1923 ; doctorat ès lettres en Sorbonne, le 25 mars 1933.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Professeur au lycée de Bourges (1923-1928) ; boursier d’études (doctorat) en Sorbonne (1928-1930) ; professeur de première supérieure au lycée de Lille (octobre 1930-1933) ;
maître de conférences de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (décembre 1933) ; professeur de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (1er avril 1936) ; décès en fonction en 1943 à l’âge de 45 ans.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Le romantisme d’Alfred de Musset (thèse, 1933) ; Théâtre complet d’Alfred de Musset (plusieurs vols, 1935) ; Comédies et proverbes d’Alfred de Musset : texte établi par P. Gastinel (1935). Articles dans la Revue d’histoire de la littérature de la France ; Revue d’histoire de la philosophie et de la civilisation.

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Mobilisé en août 1940 comme capitaine ; prisonnier de guerre en Allemagne pendant de longs mois. Rentré en France, il refuse de se ménager et n’écoute pas ses médecins qui lui conseillent de se reposer. Il rejoint son poste lillois en novembre 1941.
Il enseigne alors pendant deux années universitaires dans une ville fortement marquée par la présence allemande, acceptant de réaliser, malgré son état général, des déplacements fréquents par le train, entre Paris et Lille alors que les aléas liés au transport sont très importants.
Il décède, usé par son combat, le 1er octobre 1943. « La faculté des lettres a été endeuillée par la mort d’un de ses jeunes maîtres en exercice, M. Gastinel, professeur de langue et littérature françaises modernes. C’était un professeur fort aimé de ses étudiants qui appréciaient en lui la finesse de son esprit et la manière affable dont il s’intéressait à chacun d’eux. Une dure captivité en Allemagne avait ébranlé sa santé. Libéré, il s’était remis à la tâche avec courage mais il y succomba » (Annales Univ. Lille, t. 1943-1944, p. 16). « C’était un maître à la parole facile et prenante, dont l’esprit, toujours en éveil, tenait ses auditeurs sous le charme [...]. Rentré de captivité comme combattant de la guerre 1914-1918, il fit démarches sur démarches pour obtenir l’autorisation de rejoindre son poste à temps pour la rentrée 1941. Malgré sa fatigue, il s’obstina à poursuivre son enseignement » (Annales Univ. Lille, rapport du doyen sur l’année 1943-1944, p. 136).

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]