G


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


GELEY LÉON

Professeur d'histoire (1843-1883)


ÉTUDES
Lycée de Mâcon puis collège Sainte-Barbe de Paris pour préparer l’École normale supérieure ; scolarité à l’École normale supérieure 1864-1867 ; licence ès lettres ; agrégation d’histoire-géographie en 1869 à sa troisième tentative ; doctorat ès lettres soutenu en Sorbonne le 12 août 1882.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Chargé de cours de troisième au collège de Melun (1863-1864) ; suppléant au lycée de Bastia (1867) ; chargé de cours au lycée de Bourges (1868-1869) ; professeur d’histoire au lycée de Bourges (1869-1871) ; professeur au lycée de Grenoble (janvier 1872-juin 1874) ; professeur au lycée de Besançon (septembre 1874-septembre 1876) ; professeur au lycée de Lyon (1876-1880) ; professeur au collège Rollin à Paris (1880-1881) ; en congé avec traitement d’avril à octobre 1881 ; professeur au lycée de Vanves (1881-1882) ; en congé de mars à septembre 1882 ;
maître de conférences d’histoire en octobre 1882 à la faculté des lettres de Douai ; en congé pour raison médicale (septembre 1883) ; retraite par arrêté du 6 novembre 1883.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Un pamphlétaire de Richelieu : Fancan : 1617-1627 (thèse, 1882) ; L’Espagne des Goths et des Arabes (1882).

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Tensions fortes avec le doyen de la faculté des lettres de Douai et le recteur Nolen. Un rapport du recteur, daté du 26 juillet 1883, déclare : « Monsieur Geley nous est arrivé à la faculté des lettres vers la fin du mois de novembre 1882 avec la réputation d’un médiocre professeur de lycée. On savait qu’il n’avait pas réussi à tenir sa classe dans aucun des établissements où il avait été successivement appelé. Mais on ne pouvait conclure de l’insuffisance du disciplinaire à celle de l’érudit, de l’historien. On savait que des juges compétents faisaient un très bon cas du savoir et du mérite de Monsieur Geley (soutien du recteur de Toulouse semble-t-il) et que sa thèse française avait été à la Sorbonne l’objet d’un rapport favorable du professeur chargé de l’examiner ». Le recteur insiste ensuite sur l’échec du professeur dans ses cours publics à Lille. « Il lisait plus qu’il ne parlait ».
La municipalité a hésité à accorder l’indemnité habituelle ce qui a vexé l’enseignant : « il regardait à chaque instant l’heure avec une évidente impatience d’en finir ; il abrégeait la durée de la leçon, manquait à l’occasion ses cours et se contentait de prévenir l’appariteur au dernier moment » ; le public des conférences est ainsi passé rapidement de cent à trente puis à deux fidèles). « Monsieur Geley est devenu aussi promptement antipathique à ses étudiants des cours fermés qu’à ses auditeurs [...]. Les élèves se sont aperçus bientôt qu’il ne leur apportait que des extraits de livres [...] au lieu des résultats de ses recherches personnelles. Il ne se préoccupe en aucune façon des exigences du programme de la licence ; il se borne à faire son cours, à lire ses notes sans se soucier autrement s’il est écouté, s’il est compris, si les étudiants ont retenu ». Il y a, dès lors, un fort taux d’absentéisme à ses cours, ce qui n’est pas plus mal car « lorsque l’assistance était au complet, les gamineries les plus puériles, les réflexions les plus inconvenantes venaient couper la parole du professeur et provoquer l’hilarité générale sans que le professeur sût découvrir ni punir l’auteur, sans qu’il osât, la plupart du temps, s’apercevoir du désordre ». Le recteur a convoqué le professeur mais ce dernier ne reconnaît aucun désordre. Désiré Nolen conclut alors : « Monsieur Geley m’a toujours paru aussi dur de compréhension qu’il est dur d’oreille (il souffre d’un problème de surdité). Il persiste à soutenir que tout va bien dans ses différents cours [...]. Surdité mentale aussi prononcée que la surdité physique [...]. État maladif, surexcitation nerveuse, bizarreries de l’attitude, de la voix et des gestes ».

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]