P


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


PERROUD CLAUDE

Maître de conférences de géographie (1839-1919)


ÉTUDES
École mutuelle du père Véraud ; collège communal de Villefranche (1845-1850) ; premier au concours des bourses ; boursier au lycée de Mâcon (1851-1856) ; boursier au lycée Louis-le-Grand (1856) ; admis à l’École normale supérieure (1857, 1er) ; scolarité à l’École normale supérieure (1857-1860) ; licence ès lettres (1859) ; agrégation d’histoire en 1864 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 4 juin 1881. « La soutenance dura de neuf heures du matin à quatre heures du soir avec un intervalle de trois-quarts d’heures pour déjeuner » (Revue universitaire, 1929, p. 140).

PARCOURS PROFESSIONNEL
Chargé de cours d’histoire au lycée du Puy (octobre 1860-octobre 1863) ; en congé de novembre 1863 à octobre 1864 pour préparer l’agrégation (il est précepteur du fils d’un riche fabricant de dentelles) ; professeur d’histoire au lycée du Puy (1864-1865) ; professeur au lycée de Clermont-Ferrand (avril 1865- avril 1867) ; en congé d’avril 1867 à janvier 1870 sans traitement ; le Ministère lui refusant un congé, il a un entretien « musclé » avec Victor Duruy et donne sa démission qui n’est pas acceptée ; il devient l’un des directeurs, à Bourg-en-Bresse, de L’Indépendant de l’Ain (rédacteur en chef) ; réintégré dans l’Université en 1871 ; professeur au lycée de Bourg (1871-1872) ; professeur au lycée de Lyon (1872-1878) ; en congé d’octobre 1878 à septembre 1880 pour terminer ses thèses ;
maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Douai (2 octobre 1880) ; nommé recteur de l’académie de Toulouse (25 octobre 1881) ; il reste vingt-sept années à son poste et y accomplit une œuvre très importante de modernisation et de développement des structures d’enseignement.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Les origines du premier duché d’Aquitaine (thèse, 1881) ; Les Lettres de Madame Rolland (1900 à 1902) ; Mémoires de Madame Rolland (1905) ; Le Roman d’un Girondin (1916) ; La Proscription des Girondins (1917) ; articles nombreux dans la revue Révolution française.

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Commence à travailler dans le journalisme en mars 1862 (articles dans Le Moniteur de la Haute-Loire). « C’était le journal de la préfecture [...]. Je ne fus pas insensible aux 1 500 ou 2 000 francs qui m’étaient offerts. Je restais rédacteur officieux pendant quinze mois environ (mars 1862-juin 1863) » (Revue universitaire, 1929, p. 122). Une note confidentielle du 27 avril 1871 signale dans son dossier : « il a vécu pendant quelques années du journalisme ; on ne trouve plus dans son enseignement aucune trace des préoccupations du temps présent ».
Le rapport d’inspection de 1879 (signé Zeller) note : « il a eu des notes passables dans l’enseignement secondaire. Son service a été interrompu pendant quelque temps ; il a été rédacteur d’un journal [...]. À Lyon depuis plusieurs années, marié et assez bien, il ne s’occupe plus que d’enseignement » ; l’année précédente le rapport confidentiel notait « son caractère un peu susceptible et frondeur ».
Grand recteur bâtisseur dans l’académie de Toulouse ; « le véritable réorganisateur de l’enseignement supérieur à Toulouse » signale un courrier du préfet de la Haute-Garonne au Ministre du 14 mai 1893. (reconstruction des facultés ; création d’un lycée de jeunes filles ; amélioration du lycée de garçons ; rénovation des internats ; création d’une station agronomique à la faculté des sciences).

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]