S


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


SOURIAU PAUL

Professeur de philosophie (1852-1926)


ÉTUDES
Scolarité au lycée de Douai ; baccalauréat ès lettres ; collège Sainte-Barbe à Paris et cours au lycée Louis-le-Grand ; École normale supérieure (1873-1876) ; agrégation de philosophie en 1877 ; première thèse qui n’est pas autorisée à être soutenue en Sorbonne : Essai sur le raisonnement (influence de Spencer, « idées entachées de matérialisme ») ; seconde thèse de doctorat ès lettres soutenue en Sorbonne le 13 janvier 1882 : Théorie de l’Invention (étude de la psychologie introspective).

PARCOURS PROFESSIONNEL
Professeur de philosophie aux lycées de Pau, puis d’Angers ; entre dans le Supérieur en 1881 comme chargé de conférences de philosophie à la faculté des lettres de Lyon 1881 ; chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Besançon (1883) ; professeur de philosophie à la faculté des lettres d’Aix (1885) ;
détaché à la faculté des lettres de Lille en 1888 ; professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy (1893-1923) ; doyen en 1919-1922 ; retraite le 1er novembre 1923.

PRINCIPAUX OUVRAGES
héorie de l’invention (1882) ; L’Esthétique du mouvement (1889) ; La suggestion dans l’art (1893) ; L’imagination de l’artiste (1901) ; La beauté rationnelle (1904) ; La rêverie esthétique (1906) ; Les conditions du bonheur (1908) ; Traité de la beauté fonctionnel- le (1910) ; L’esthétique de la lumière (1913) ; L’entraînement au courage (1926). Écriture d’une douzaine de contes pour enfants (Les aventures de Mistigri ; La plume noire). Nombreux articles dans Revue de Paris, L’Année psychologique, Revue philosophique.

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Président de la section lorraine de l’Art à l’école. Correspondant de l’Académie des Sciences Morales et politiques ; Il fut résolument dreyfusard, se lança dans l’aventure de l’Université populaire de Nancy ; élu en 1908 aux élections municipales sur la liste radicale-socialiste ; élu en 1912 sur la liste d’entente républicaine ; adjoint au maire de Nancy ; Il reste à la tête de la ville avec quelques conseillers municipaux pendant l’occupation allemande de Nancy ; assesseur du doyen pendant la guerre. L’un de ses fils, Étienne (né à Lille en 1892, décédé en 1979) sera professeur d’esthétique à la Sorbonne (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1981, p. 41-44 et Dictionnaire des philosophes, p. 2415-2416) ; un autre de ses fils, Michel (né en 1891) sera professeur de philosophie, doyen de la faculté de Nancy puis
recteur de l’académie de Lille (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1987, p. 31-32).

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]