T


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


THOMAS ÉMILE

Professeur de littérature latine (1843-1923)


ÉTUDES
Baccalauréat ès sciences ; admis à l’École normale supérieure en 1865 ; scolarité à l’École normale supérieure (1865 à 1868) ; licence de droit à Paris ; licence ès lettres en Sorbonne ; agrégation de philosophie en 1872 ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 17 décembre 1879.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Répétiteur au lycée Louis-le-Grand (1863) ; chargé de cours au lycée du Puy (avril 1868) ; Engagé volontaire en 1870-1871 ; professeur aux lycées du Puy (1873), de Chaumont (1874), d’Amiens (1877) ; en congé de janvier à avril 1879 ; suppléant au lycée Fontanet (1879) ; professeur au lycée de Troyes (juillet 1879) ;
chargé de cours à la faculté des lettres de Douai en 1879 ; professeur titulaire de littérature latine à la faculté des lettres de Douai en 1881 ; professeur de littérature latine à la faculté des lettres de Lille à partir du transfert (1887-1913) ; retraite en août 1913 ; poursuit son enseignement quelques mois encore jusqu’à la guerre. Correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Essai sur Servius et son commentaire sur Virgile (thèse, 1879) ; Scoliastes de Virgile (traduction, 1880) ; Discours de Cicéron pour le poète Archias (texte latin avec commentaire critique et explicatif, 1883) ; Cicéron : Discours contre Verres (avec commentaire et notes, 1886) ; traduction commentée de divers textes de Catulle (Les Poésies) (1890) ; Pétrone : l’envers de la société romaine (1892) ; Cicéron : Morceaux choisis tirés des Traités philosophiques (1896) ; Rome et l’Empire aux deux premiers siècles (1897) ; Cicéron : Morceaux choisis tirés des Traités de rhétorique (1897) ; Cicéron : extraits des Œuvres morales (1901) ; La critique de Tacite (1903).

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Assesseur du doyen à la faculté des lettres de Douai en 1886 ; il s’est opposé très fortement à la gestion du doyen Moy (qui refuse, dès lors, de remplir sa fiche confidentielle et annuelle de notation) ; le conflit semble avoir son origine dans les prétentions des uns et des autres au décanat à la fin des années 1890. « Monsieur Thomas persiste dans son attitude d’abstention boudeuse. C’est un philologue érudit [...] mais comme professeur, il ne rend pas à la faculté tous les services qu’on peut attendre de lui. Il ne s’intéresse pas suffisamment aux étudiants ; il manque envers eux de zèle et de bienveillance » (note du recteur en 1896).
En 1896, le doyen Moy signale : « ne paraît à la faculté qu’aux heures de ses cours ; n’est jamais aux assemblées, au conseil ».

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]