A


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


ASCOLI GEORGES ABRAHAM

Professeur de littérature française (1882-1944)


ÉTUDES
Collège Rollin ; bachelier ès lettres ; admis à l’École normale supérieure en 1903 ; service militaire en 1904 ; scolarité à l’École normale supérieure (1904-1907) ; licence ès lettres en 1905 ; diplôme d’études supérieures de langues classiques en 1906 ; agrégation des lettres en 1907 ; boursier d’études de la faculté des lettres de Paris et séjour en Angleterre (1907-1908) ; docteur ès lettres en Sorbonne en 1930.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Professeur de première au lycée d’Alès (juillet 1908-septembre 1909) ; professeur aux lycées de Toulon (1909-1911), de Nantes (1911-1914) ;
chargé de cours de littérature française à la faculté des lettres de Lille (18 octobre 1919) ; maître de conférences (1er février 1925) ; chargé d’un cours de littérature française en Sorbonne (1er février 1929) ; nommé à Paris le 8 octobre 1930 comme maître de conférences de langue et littérature françaises ; professeur sans chaire (1er février 1931) ; professeur d’histoire de la littérature française du XIXe s. à la faculté des lettres de Paris (1er novembre 1935).

PRINCIPAUX OUVRAGES
Essai sur l’histoire des idées féministes en France (1906) ; Cours sur Voltaire (1924-1925) ; La Grande-Bretagne devant l’opinion française depuis la Guerre de Cent Ans jusqu’à la fin du XVIIe s. (plusieurs volumes, 1927) ; Édition critique du Zadig de Voltaire (1929) ; La Grande-Bretagne devant l’opinion française au XVIIe s. (thèse, 1930) ; Le théâtre romantique (1937) ; La critique littéraire au XVIIe s. (1937) ; Boileau, Satires I à IX (1938).

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Mobilisé du 2 août 1914 au 23 mars 1919 ; 53 mois au front ; grand blessé de guerre ; Croix de guerre et quatre citations ; blessé d’un éclat d’obus à la cuisse gauche le 13 avril 1915 ; intoxiqué par un obus d’ypérite le 22 mars 1918 ; blessé par un éclat d’obus à la cuisse gauche le 12 juin 1918 ; « Blessé à son poste de commandement dans une tranchée en voulant assurer la surveillance de sa troupe pendant un bombardement, commandant de compagnie d’un dévouement sans borne, courageux, très énergique » (citation à l’ordre de la 65e division, mai 1915) ; lieutenant de réserve au 312e régiment d’infanterie (2 août 1914-4 janvier 1916) ; capitaine de réserve au 312e RI (5 janvier 1916-19 janvier 1917) ; capitaine, adjudant-major au 340e RI (20 janvier 1917-3 juin 1918) ; capitaine, commandant un bataillon au 112e RI (4 juin 1918- 28 mars 1919).

Reprend du service en 1939 ; promu lieutenant-colonel en 1940 ; fait prisonnier le 17 juin 1940 ; interné à l’Oflag XIII de Nuremberg ; libéré en août 1941 ; interdit d’enseignement par le gouvernement de Vichy pour ses origines juives en 1941 ; arrêté par la Gestapo le 21 février 1944 avec sa femme ; interné à Drancy (23 février) ; déporté à Auschwitz le 7 mars ; arrivé le 10 mars, disparu ensuite.

Les biographies présentées sont en majorité extraites du livre de
J.F. Condette, Les Lettrés de la république - dictionnaire biographique
[en ligne]