F


Voir tous les Doyens et présidents

Chronologie
Biographies
Bibliographie

Accueil

BIOGRAPHIES DES FIGURES EMBLÉMATIQUES DE L'UNIVERSITÉ


FOUCAULT MICHEL

Philosophe, historien (1926-1984)


ÉTAT-CIVIL
Paul-Michel Foucault naît à Poitiers le 15 octobre 1926 dans une famille bourgeoise. Son père est chirurgien.

ÉTUDES
Il fait ses études secondaires, d'abord au lycée de Poitiers puis chez les "bons pères" an collège Saint Stanilas. Après une hypokhâgne et une khâgne à Poitiers et un échec au concours d'entrée à L'E.N.S., il arrive à Paris en 1945 et y intègre la khâgne du lycée Henri IV. C'est là qu'il découvre la philosophie sous la direction de Jean Hyppolite, un spécialiste de Hegel. Il entre à l'ENS en 1946. Il suit les conférences de Merleau-Ponty et y rencontre Louis Althusser (philosophe marxiste) qui le prépare à l'agrégation et influe sur son adhésion au parti communiste français. Foucault est chargé à l'ENS du petit laboratoire de psychologie.

PARCOURS PROFESSIONNEL
Reçu à l'agrégation de philosophie en 1951, il est nommé l'année suivante à Lille où il dirige, jusqu'en 1955, l'Institut de psychologie. Georges Dumézil lui propose un poste de lecteur à l'université d'Uppsala (Suède). Il sera à la fois attaché culturel à Stockholm et directeur de la maison française d'Uppsala (1955-1958). Il se sent isolé mais utilise cette solitude pour entamer ce qui sera sa plus grande oeuvre : Folie et déraison (qu'il rebaptisera plus tard Histoire de la folie à l'âge classique). Il devient, en 1962, professeur de philosophie à l'université de Clermont-Ferrand. C'est de ces années à Clermont que datent ses amitiés pour Deleuze et Serres. En 1963, Foucault publie Naissance de la clinique et, en 1966, Les mots et les choses qui le font découvrir par un plus large public. Il accepte en 1966, un poste à l'université de Tunis. Il revient, en toute hâte, à Paris lors des événements de mai 68. Il participe à la création de l'université "expérimentale" de Vincennes (il y enseignera en 1969 et 1970)
Il est nommé en 1970 au Collège de France à la chaire d'histoire des systèmes de pensée. En 1971, il participe à la création du Groupe d'observation des prisons qui conteste l'univers carcéral.

PRINCIPAUX OUVRAGES
Il publie, en 1969 L'archéologie du savoir. En 1975 paraît Surveiller et punir. Foucault participera désormais à de nombreuses actions notamment en faveur des droits de l'homme.

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES
Peut-être à cause d'une homosexualité mal vécue à une époque où cette conduite sexuelle est mal acceptée, il fait une tentative de suicide en 1948, ce qui lui vaut (comme Althusser) une chambre privée à l'infirmerie de l'École.
À partir de 1953, il commence à lire Nietzsche, lecture qui exercera une influence décisive sur son oeuvre. Progressivement, il laisse la phénoménologie et le marxisme pour s'inspirer de Bachelard, Nietzche, Sade et Bataille. En 1954, paraît Maladie mentale et personnalité, publié plus tard sous le titre maladie mentale et psychologie. Foucault désabouera ce texte plus tard.
En 1958, il accepte un poste culturel à Varsovie mais la police secrète polonaise le menace pour le faire quitter le pays en raison de son homosexualité. Il passe deux années à Hambourg avant d'être élu maître de conférences à la faculté de Clermont-Ferrand. En 1961, il soutient sa thèse de doctorat histoire de la folie à l'âge classique. Canguilhem est son directeur de thèse.

Dans les années 70, Foucault fait de nombreux voyages aux États-Unis où il donne des conférences et où il découvre aussi et fréquente les communautés homosexuelles sado-masochistes. Il publie en 1976 La volonté de savoir, premier tome de son Histoire de la sexualité. Les deux tomes suivants, L'usage des plaisirs et Le souci de soi ne seront publiés qu'à sa mort. Il meurt du sida le 25 juin 1984. Philosophe et historien,celui qui se voulait "un archéologue voué à la reconstruction de ce qui en profondeur rend compte d'une culture", reste un grand penseur toujours prêt à remettre en question sa "volonté de vérité", à restituer au discours son caractère d'événement et à lever la souveraineté du signifiant.

Voir Le site Portail Michel Foucault
[en ligne]

Christophe Hugot, "Michel Foucault : auteur, lecteur, archiviste", Insula [En ligne], 22 janvier 2014


Wikipedia