APRILE Sylvie
Professeur d'histoire contemporaine

sylvie.aprile@univ-lille3.fr

ARetour Annuaire

LIVRES À LA UNE...

 

 

 

 

AXES DE RECHERCHES

- Histoire sociale comparée de l'Europe du Nord-Ouest (XIXe siècle)
- Immigration, expatriation, exil. France, Europe et Amérique (XIXe-XXe siècle)
- Histoire des femmes, histoire du genre
- Histoire urbaine (territoires et clandestinités)
- Histoire politique du XIXe siècle (1848 et révolutions européennes, second Empire et IIIe République)
- Biographie et histoire
- Transferts culturels France-Angleterre-Europe du Nord


  • PRÉSENTATION
  • PARTICIPATION À LA RECHERCHE
  • TRAVAUX
  • TRAVAUX (avant 2008)

Actualités

- Sylvie Aprile, Cristina Cassina, Philippe Darriulat, René Leboutte (dir.), Europe de papier. Projets européens au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, PUSeptentrion, 2015, 368 p.
- éd. et préface, Marx & Engels - Les grands hommes de l'exil..., Agone, Contre-Feux, 2015 (traduit de l'allemand par Lucie Roignant)
- Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, Des Polonaises aux champs, femmes immigrées dans les campagnes, Numilog, 2015.


International

- Co-directrice du Projet – Research Project 2013-2014, Eurespro, Projets pour une Europe unie. (porté par R. Leboutte, Chaire Jean Monnet ad personam en Histoire de l'intégration européenne) UL/centre virtuel de la connaissance sur l’Europe. (1ere réunion organisation, 7 décembre 2012).
- Participation au projet – Gent-Lille Project – « Migrations studies : how to cross the borders ? (18e-21e) »


HDR

Du singulier au pluriel, itinéraires sociaux, politiques et culturels au XIXe siècle
Jury : M. Dominique Kalifa (directeur), M. Jean-Yves Mollier (président), M. Jean-Claude Caron, M. Alain Corbin, M. Philippe Chassaigne, Mme Nancy Green. Novembre 2004, 3 volumes.


Expérience professionnelle - Responsabilités collectives - Sociétés savantes

Directrice de l'UMR CNRS 8529 IRHiS (2012--)

Depuis 2013, Membre du conseil scientifique attaché au département recherche du Musée de l'Histoire de l'Immigration
Depuis 2014, Membre du Conseil d'oreintation de l'Établissment public du Palais de la Porte dorée (Musée de l'Histoire de l'Immigration)
Présidente de la société d’histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle.
Directrice de publication de la Revue d’histoire du XIXe siècle
Membre du comité éditorial de la revue Écrire l’histoire.
Membre du CNL (Centre national du livre)
Membre du Jury de l’agrégation interne d’histoire
Membre du Conseil d’administration du CVUH
Membre du comité scientifique du GIS Histoire des migrations
Membre du comité scientifique des Rendez-vous de l'Histoire de Blois

 

Communications - Animation de la recherche - Valorisation


COMMUNICATIONS


Congrès, conférences, journées d'études

2014
Août 2014, « Les hommes de l'exil: écritures et portraits de journalistes dans l'entourage hugolien », Seminário Internacional Imprensa, história e literatura : o jornalista escritorFundação Casa de Rui Barbosa/ Universidade Rennes 2-ERIMIT/Institut Universitaire de France/Rio de Janeiro
Août 2014, « French exile », séminaire du professeur Marcos Bretas, département d’histoire, UFRJ, Rio de Janeiro.
Août 2014,  « Migrations, frontières et situations migratoires » UFRJ-Praia, Dialogues interdisciplinaires France-Brésil » Cecília de Mello e Souza e Claudio Cavas (EICOS-UFRJ) Rio de Janeiro.
Mai 2014, « L’exil politique :une migration d’élites au XIX e siècle ? » Structuration des Mondes Sociaux" (SMS), séminaire interdisciplinaire, université de Toulouse « "Mobilité, réseaux, migrations (MoRéMi)
Avril 2014, « Hidden European transnational migrations : polish Women in the 30’S ».  10th European Social Science History Conference in Vienna, 23-26 April 2014
Avril 2014 « Femmes et rapports de genre dans les révolutions de 1848-1849 » séminaire "Genre et Europe"  discutante de l'intervention de Mme Gabriella Hauch, professeure à l'Université de Vienne.  Institut historique allemand, Paris
Février 2014, « 1830 et 1848, révolutions européennes et mouvements transnationaux », Albert-Ludwigs-Universtät Freiburg, Historisches Seminar , ForschungsKolloquium sur Geschichte

2012
« Exilé(e)s et migrant(e)s transatlantiques : histoires entremêlées, historiographies parallèles
 », Colloque Exils entre les deux mondes-Migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle, 8-9 mars 2012, Casa Velazquez Madrid, organisé par Casa Velazquez et Paris1-Sorbonne.
« Morale de l'exilé : proscription et honneur sous le second Empire. » Journée d’étude, La morale de l’homme politique dans la France du XIXe.Politician's moral in 19th century, Paris , 13 septembre 2012
"La seconde insurrection de juin : le 13 juin 1849, le peuple, la révolution et les petits bourgeois", Journées d'études L'insurrection et sa résolution à Paris du Moyen Âge à nos jours, Paris, Auditorium du Petit palais, 6-7 septembre 2012
« "Jours et temps d’exil" : migrations politiques et contraintes », le 6 avril 2012 .Cycle de séminaires sur les expériences migratoires ; Paris, IRIS-EHESS ; Poitiers, MIGRINTER, 2011-2012

2011
"1848, la fin d’une exception française",
Séminaire Marx au XXIe siècle, l’esprit & la lettre, Séminaire hebdomadaire sous la responsabilité de Jean Salem (Paris 1), Isabelle Garo (Paris, Lycée Chaptal), Jean-Numa Ducange (Université de Rouen) et Stathis Kouvélakis (Londres, King’s College), Centre d'histoire des systèmes de pensée moderne, 12 février 2011

2010
« Survivre est un métier » : faire commerce de la République en exil (1830-1890) »  colloque international, Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : Commis-voyageurs et représentants de commerce ; juin 2010, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Nice
« Le pain amer de l’exil. Les exilés français dans l’Angleterre du XIXe siècle ». Colloque Le goût des autres, De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation , (Europe, XVIIIe –XXIe siècles),Université Nancy 2 - Université Khazar, Bakou (Azerbaïdjan), 19 et 20 octobre 2010
Conclusion « La république en exil ou de retour d’exil ? », La république en voyage, organisé par Pierre Serna (Université Paris 1-IHRF) et Gilles Bertrand  (Université de Grenoble) Château de Vizille , 22 ,23 et 24 septembre 2010 .

2009
« Penser le passé, un topos d’exilé ? » Penser en exil : Intellectuels en mobilité, Colloque international de Nice, vendredi 27 et samedi 28 mars 2009 Université de Nice-Sophia Antipolis, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine-MSH de Nice
« Les migrantes polonaises de la région Centre dans les années 1930 ». 
Séminaire de l'équipe Genre et Société, "Le Genre des sources" Vendredi 4 Décembre 2009, Lyon ISH.ENS


VALORISATION


Conférences grand public

2015
« Recherche et formation enseignante. Écueils et rapprochements possibles »
AHCESR 6 novembre 2015 la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne Table ronde: Former à et former par la recherche ? La place de la recherche dans la formation des futurs enseignants du secondaire
"Tableau de l'histoire des immigrations dans le Nord-Pas-de-Calais", Rencontres régionales du Musée national de l'histoire de l'immigration en Nord-Pas-de-Calais, quels patrimoines ?, Roubaix, La condition Publique
"Relectures du XIXe siècle", Lycée Montaigne, dans le cadre des Mercredi de l'histoire et de la géographie, 8 avril 2015, conférence filmée
avec Jean-Gabriel Contamin, "Projets du passé et cosntruction présente, quels regards ?", Europe de papier, 2 avril 2015, MESHS Lille-Nord de France

2014
Le Printemps des peuples, 1848"
, Les Salons de Choiseul, Tours, 28 novembre 2014

2012
avec Laurent Dornel, "Une France terre d'accueil : Exils et migrations (185-1914)", 3 mai 2012, CNHI animée par Emmanuelle Loyer

Produits (bases de données, posters...)

 

Divers (participation à des tables-rondes, expositions...)

2015
Participation à la table-ronde organisée par le Conseil supérieur des programmes Comment enseigner l'histoire de France aujourd'hui ?, Grand Salon, La Sorbonen, 3 juin.


ANIMATION DE LA RECHERCHE


Organisation de Colloques, Journées d'études, expositions... - Animations de tables rondes - Programmes internationaux

2013
Mai 2013 : Organisation Sylvie Aprile, Claire Chatelain, Mélanie Traversier (IRHiS) - Histoire du genre, du Moyen Âge à l’époque contemporaine

2012
Juin 2012 : Organisation Sylvie Aprile, Constantin Bobas, Laurianne Sève (CECILLE,IRHiS, HALMA-IPEL) Constructions diasporiques. Communautés et territoires de la dispersion
5 octobre - Organisation avec Dominique Dupart (ALITHILA) de la journée d'études Parler en guerre au XIXe siècle

2011
Séminaire École Doctorale Lille 3 - parcours études européennes - Axe :  Circulation des personnes et phénomènes migratoires - Les migrations européennes en Europe - Histoire, mémoire, enjeux, modalités et représentations-organisatrice : Sylvie Aprile  (IRHIS) - le lundi de  17 H à 19 H30 à partir du 17 janvier 2011
Janvier 2011-juin 2011 : organisé en collaboration avec Jean-Claude Caron (Université Clermont Ferrand) et Emmanuel Fureix (UPEC) - colloque international 1830 : une révolution européenne ?
Mars 2011 : organisation : Sylvie Aprile et Sylvie Thénault, L’internement politique : une « prison agrandie » ? Éloigner pour réprimer aux XIXe-XXe siècles en France, Europe, Empires

2010
Juin 2010 : co-organisatrice du colloque Exil et fraternité au XIXe siècle, IRHIS, CNHI, UPEC
Séminaire, Redécouvrir l’Europe de 1848: Regards et échanges interdisciplinaires, Séminaire organisé par Sylvie Aprile (IRHiS, Université Lille 3), Louis Hincker (Calhiste, Université de Valenciennes), François Robichon (IRHiS, Université Lille 3).
25 janvier 2010 - Art et démocratie : le salon libre de 1848 - Chantal Georgel (Inha), Ségolène Le Men (Un. Paris 10), François Robichon (Irhis, Un. Lille 3), Georges Vigne (Inha) - 15 mars 2010 -Inventaires et bases de données des archives de la recherche en SHS, Céline Alazard (MSH Dijon), Thérèse Charmasson, (CRHST), Claudine Wallart (AD Nord) - 17 mai 2010 - Arts dramatiques et politique en Europe au XIXe siècle : chanter, déclamer, jouer, Christophe Charle (IHMC), Philippe Darriulat (IEP Lille), Vincent Robert (Un. Paris 1) - 4 octobre 2010 - L’Europe de 1848 a-t-elle une histoire ? du national au « connecté ». P. Brunello (Un. Venise), Jean-François. Chanet (Irhis, Un. Lille 3), Gilles Pécout (ENS Paris), Miles Taylor (Institute of Historical Research (IHR), Univ. Londres) - 15 novembre 2010 - La circulation des savoirs et ses archives : la presse française et l’Europe au XIXe siècle, Anne-Marie Mercier (Un. Lyon 2), Denis Reynaud (Un. Lyon 2), Alain Vaillant (Un. Paris 10)

2009
Juin 2009 : co-organisatrice de la journée d’étude le 13 juin, 1849 : une Journée manquée ? dans le cadre des ateliers de recherche de la Société d’histoire de 1848 et de la Revue d’histoire du XIXe siècle
Mai 2009 : co-organisatrice du colloque Rome, entre la France et l’Italie

Ouvrages - Articles - Rapports, médias... - Comptes Rendus


OUVRAGES


Ouvrages scientifiques

2010
La Révolution inachevée 1815/1870, Paris, Belin, 2010, 672 p.
[Ce livre qui ouvre la période contemporaine s’attache à faire revivre un bref XIXe siècle, aujourd’hui bien oublié. De ces quelque 55 années qui séparent la Révolution française et l’Empire de la Troisième République, régime qui s’impose désormais, c’est la littérature et plus généralement la culture qui nous restent en mémoire. Les noms de Balzac, Chateaubriand, Hugo, Degas, Offenbach ou Haussmann sont plus familiers que ceux de Villèle, Ledru-Rollin, Persigny, Bertin, Pereire, quelques exemples parmi tant d’autres de ces hommes politiques ou de ces élites de la nouvelle société qui se met alors en place. Ce XIXe siècle est aussi celui des anonymes, hommes et femmes, siècle de l’émergence non plus menaçante de la foule mais des votants, des agents de l’État, des consommateurs et des employés. Bourgeois et ouvriers, avocats et épiciers se côtoient dans un monde de plus en plus urbain qui contemple encore avec sidération l’événement passé qu’est la Révolution et dont tous perçoivent l’inachèvement, l’incomplétude.
L’ambition de cet ouvrage est de faire partager à travers le récit, les images et les problématiques de l’Atelier de l’historien, tout à la fois ce foisonnement et la façon dont se fabrique aujourd’hui l’histoire du XIXe siècle français. Il a également semblé nécessaire de mettre en question les grandes inflexions et ruptures traditionnelles qui séparent le premier et le second XIXe siècle, les césures de la monarchie parlementaire, la libéralisation du Second Empire. Ainsi, comment comprendre que la liberté, de tous les acquis de la Révolution le mieux ancré dans la société, ne s’impose pas comme le soubassement politique majeur des régimes qui se succèdent et donc n’étanche pas une soif de démocratie, déclencheur de deux nouvelles révolutions ? Tout cela est souvent considéré comme constitutif de « l’exception française ». La France est bien cependant connectée à un monde où l’expansion de la colonisation, les rivalités entre puissances, les enjeux économiques tissent une histoire globale qu’on doit affranchir du regard franco-français ]

H-France Review Vol. 11 (July 2011), No. 146 - This review may be found on the H-France website at: http://www.h-france.net/vol11reviews/vol11no146McPhee.pdf

Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010, 336 p.

Direction/Coordination d'ouvrages

2015
- Sylvie Aprile, Cristina Cassina, Philippe Darriulat, René Leboutte (dir.), Europe de papier. Projets européens au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, PUSeptentrion, 2015, 368 p.
L'Europe n'a pas surgi du néant au XXe siècle. Présente dans la pensée politique et les Relations internationales depuis le XVIe siècle, elle suscite, entre 1815 et 1870, un foisonnement de projets - une " Europe de papier " - que cet ouvrage ambitionne d'exhumer.
Résultat d'une recherche internationale, les contributions ici regroupées montrent qu'il y a bien eu au XIXe siècle naissance d'un véritable dessein européen, politique et institutionnel, qui souhaitait transcender tout autant les projets de " paix perpétuelle " du siècle des Lumières que les expériences révolutionnaires et impériales.
Œuvre de réformateurs sociaux, de démocrates, de pacifistes, de libéraux, mais aussi de conservateurs ou de catholiques, parfois intransigeants et désireux d'unifier la " chrétienté ", cette " Europe de papier " est le reflet d'un XIXe qui n'est pas seulement celui de l'industrialisation ou de l'État-Nation. Comment maintenir la paix ? Comment unir les Européens ? Comment l'élargir vers la Méditerranée ou l'Amérique ? Quelle capitale choisir ? Ces questions alors posées restent débattues. Qualifiés hâtivement d'utopiques, oubliés aujourd'hui, même si les penseurs de l'entre-deux guerres s'y réfèrent souvent, ces projets n'en furent pas moins, derrière un certain nombre de figures tutélaires comme Victor Hugo ou Giuseppe Mazzini, autant de réflexions et de plans, ancrés dans l'ombre portée de l'Empire napoléonien, des expériences nationales, qui participèrent au débat politique de ce siècle. Ils sont toujours d'actualité.

- Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, Des Polonaises aux champs, femmes immigrées dans les campagnes, Numilog, 2015.

- éd. et préface, Marx & Engels - Les grands hommes de l'exil..., Agone, Contre-Feux, 2015 (traduit de l'allemand par Lucie Roignant)

2013
Catherine Brice et Sylvie Aprile (dir.), Exil fraternité en Europe au XIXe siècle, Éditions Bière, 2013, 200 p.

Sylvie Aprile et Dominique Dupart (dir.), Profils (1), Écrire l'Histoire, 11, 2013, 154 p.

Sylvie Aprile, Jean-Claude Caron, Emmanuel Fureix (dir.), La liberté guidant les peuples. Les révolutions de 1830 en Europe, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2013, 330 p.
Assiste-t-on, autour de 1830, à la première révolution européenne ? De la France à la Belgique, de la Pologne à l’Italie centrale, des États allemands à la Suisse, une bonne partie de l’Europe connaît une impressionnante série de mouvements insurrectionnels et révolutionnaires, inégalement achevés. Rarement pensés ensemble, ces mouvements font ici l’objet d’une approche inédite.
Ce livre collectif propose de confronter des historiographies nationales jusque-là cloisonnées (française, belge, polonaise, italienne, allemande, suisse, britannique, espagnole). À l’heure de l’histoire globale, il s’efforce de penser des circulations révolutionnaires, d’exhumer des mobilisations transnationales, sans négliger les échecs et les tensions sociopolitiques à l’œuvre. Rompant alors avec la linéarité d’une histoire qui glisserait insensiblement d’une révolution à l’autre (1789-1830-1848), il permet d’interroger les sens perdus de ce «moment 1830». Les circulations humaines, symboliques et politiques décrites ici ont créé les conditions de possibilité d’un nouvel imaginaire de l’Europe des peuples. Ce nouvel imaginaire s’est pourtant heurté à une glaciation rapide du processus révolutionnaire.
Autant de questions d’une stimulante actualité à l’heure des révolutions arabes.

Sylvie Aprile, Bertheleu Hélène & Billion Pierre, Étrangers dans le berceau de la France ? L'immigration en région Centre du XIXe siècle à nos jours. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2013, 202 p.
L’histoire et la mémoire de l’immigration restent un phénomène méconnu en région Centre. Perçue avant tout comme « le berceau de la France » avec le Val-de-Loire et ses châteaux, la région Centre dispose pourtant d’un héritage migratoire non négligeable. Cet ouvrage propose les résultats d’une recherche menée par des historiens et des sociologues et montre la pluralité des situations locales où la figure du migrant s’incarne aussi bien dans des trajectoires d’ouvriers de l’industrie ou du bâtiment, que de bûcherons ou d’ouvrières agricoles, de nurses et autres emplois domestiques, ou encore dans la résidence de quelques migrants aisés venus étudier ou acheter de belles propriétés... Les courants migratoires, envisagés ici sur le temps long de 1789 à aujourd'hui, présentent au moins trois caractéristiques originales. La première est celle d'une tradition de migrations forcées incarnées par les Carlistes et réfugiés polonais au XIXe siècle, opposants espagnols durant les années 1930, la présence de camps d'internement durant les conflits du XXe siècle. La seconde est celle d'une immigration rurale peu visible, d’autant moins qu’il s’agissait pour partie de femmes. Ni région frontalière ni région polarisée par une grosse métropole régionale, la région Centre est enfin particulièrement intéressante pour la constante diversité de ses immigrations pour peu qu'on s'attache non seulement à la période récente mais aussi au XIXe et au premier XXe : Russes, Arméniens, Chinois, Polonais, Espagnols, Italiens, Américains, Maghrébins, Turcs, etc. s'y sont succédés et côtoyés.

2012
Sylvie Aprile, Vincent Duclert, Nicolas Beaupré, Michelle Zancarini-Fournel et Christian Delacroix , Le grand atelier de l’histoire de France : L’époque contemporaine, Pris, Belin, Collection « Histoire de France » sous la direction de Joël Cornette, 2012, 382 p.
« Le grand atelier de l’histoire de France » met en valeur une histoire en construction, une histoire problème, qui interroge et qui s’interroge, afin de mieux comprendre notre présent. « Le grand atelier de l’histoire de France » offre les «  clés  » d’une recherche plurielle, diverse, inventive, qui a totalement renouvelé notre connaissance du passé. L’ouvrage reprend tous les chapitres consacrés à « L’atelier de l’historien » (dans chacun des 4 derniers volumes de « L’histoire de France » de chez Belin), partie qui est la signature de la collection et qui nous présente l’histoire comme processus, avec l’état de la recherche et des grands débats sur certains aspects de la période étudiée. En outre, on trouvera en annexes, une longue chronologie, les références iconographiques, les sources des textes ainsi qu’un indispensable index.
• Les sources : À partir de quels documents travaille l’historien et comment les exploite-t-il  ? Les sources ici concernent toutes les traces laissées par l’homme et exploitables par le chercheur  : les données de l’archéologie, les textes, les images, les objets, les témoignages dans le cadre d’une enquête orale…
• L’historiographie : Comment, siècle après siècle, les historiens ont-ils analysé le passé  ? De Clovis à nos jours, de Grégoire de Tours à Jacques Le Goff, chaque époque n’a cessé d’enquêter, de chercher à comprendre le passé. Une place centrale est accordée ici aux importantes thèses qui ont renouvelé, depuis quarante ans, notre connaissance de l’histoire de France.
• Les controverses et les enjeux : L’histoire est un perpétuel questionnement : sur les hommes, sur les événements, sur la politique, sur les cultures, sur les croyances. L’histoire n’est pas un processus achevé mais une «  invention  » permanente, en relation avec les interrogations vives du présent : violences, guerres, crises… Une importance particulière est accordée ici aux directions nouvelles d’une recherche en devenir. « Le grand atelier de l’histoire de France » invite ainsi chaque lecteur à partager les «  secrets de fabrication  » d’une science humaine effervescente. Car le passé est un laboratoire d’expériences et d’hypothèses : il révèle une France «  décrispée  », sans prédestination «  nationale  », sans «  vérité  » préétablie. Un vaste terrain d’études et d’expérimentations, ouvert aux analyses et aux débats les plus divers et les plus féconds.

2010
Sylvie Aprile, Michel Rapoport (dirs), Le monde britannique 1815-(1914)-1931, Neuilly, Éditions Atlande, 2010, 571 p.

Numéro coordonné par Sylvie Aprile, Quentin Dupuis, Jacques Rougerie, La Commune et les étrangers, N°35 , revue Migrances (3e trimestre 2010), 126 p.
Dès ses origines et plus encore aux lendemains de la défaite et pour justifier emprisonnements et expulsions, ses détracteurs ont souligné la présence d’étrangers aux côtés ou à la tête des Communards et en ont fait un des arguments majeurs de leur stigmatisation. A contrario, les mémorialistes et les historiens ont dressé, parfois non sans hagiographie, les portraits d’hommes mais aussi de femmes, polonais, russes, italiens, hongrois, belges ou luxembourgeois qui se sont battus, parfois jusqu’à la mort, dans les rues de Paris pendant la Semaine sanglante et ont connu la même répression…

2009
Sylvie Aprile, Stéphane Dufoix, Les mots de l'immigration, Paris, Belin, 2009, 401 p. (Coll. Le Français retrouvé)

2008
Sylvie Aprile, Emmanuelle Retaillaud-Bajac (éd.), Clandestinités urbaines. Les citadins et les territoires du secret (XVIe-XXe), Rennes, Presses Universitaires, 2008, 378 p.


ARTICLES


Revues

2013
avec Dominique Dupart (dossier coordonné par), Présent (1), Présent (2), Écrire l’histoire, 2013, n°11 et 12.

2011
« “Whence and Whither Social History in the UK?” Questions et réponses des historiens de part et d’autre de la Manche », Recherches britanniques, 2011, Volume 1, n°1, p. 1-16

2010
« Que faire du « Printemps des peuples » ? Peut-on et doit-on enseigner une histoire européenne du XIXe siècle ? », Cartable de Clio, 2010.
avec Quentin Dupuis, Jacques Rougerie (numéro coordonné par), La Commune et les étrangers, revue Migrances, 3e trimestre 2010, n° 35, 126 p.


Chapitres d'ouvrages (de livres, d'actes de colloques...)

2015
« Le pain amer de l’exil »
, Le goût des autres, Didier Francfort et Denis Saillard (dir.) , Presses universitaires de Nancy, 2015.
« Exilé(e)s et migrant(e)s transatlantiques : histoires entremêlées, historiographies parallèles », Delphine Diaz, Jeanne Moisand, Romy Sanchez et Juan Luis Simal (dir.), Exils entre deux mondes, Migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle,  Les Perséides, Editions, 2015. p 269-282
« Auteures de leur vie », Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty (dir.), Polonaises aux champs, Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises , (1930-1935), éditions Numilog, 2015 p 4-16

2014
"Le 13 juin 1849 : l’insurrection qui ne vint pas"
, Jean-Claude Caron (dir.), Paris, l’insurrection capitale, Champ Vallon, 2014, p 201-213

2013
" Littérature d'exil et écriture de la Révolution française : des voix particulières ?", dans Jean-Numa Ducange et Michel Biard (dir.), Passeurs de révolution, Paris, Société des études robespierristes, 2013, p. 29-38 (Collection études révolutionnaires, n°14)
"Des cantons suisses aux États allemands", dans Sylvie Aprile, Jean-CLaude Caron, Emmanuel Fureix (dir.), La liberté guidant les peuples. Les révolutions de 1830 en Europe, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2013, p. 81-90
avec J. C. Caron, E. Fureix, "De quoi 1830 est-il le nom ?", dans Sylvie Aprile, Jean-CLaude Caron, Emmanuel Fureix (dir.), La liberté guidant les peuples. Les révolutions de 1830 en Europe, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2013, p. 289-316

2012
"Traduit-on pour des idées ? Les traducteurs germanistes français des années 1930"
dans Traduire l’exil – Das Exil übersetzen. Textes, identités et histoire dans l’espace franco-allemand (1933-1945), sous la direction de Michaela Enderle-Ristori, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2012

2011
"L'entrée des Français à Rome : du combat à l'occupation", dans Laurent Reverso (dir.), Constitutions, Républiques, Mémoires. 1849 entre Rome et la France, Paris, L'Harmattan, 2011, p. 247-260 [Actes du colloque international de Tours, 25-26 mai 2009]
« Le proscrit pèlerin : le voyage de l’exilé sur les traces de ses prédécesseurs », Le voyage et la mémoire au XIXe siècle, sous la direction de Sarga Moussa et Sylvain Venayre, Creaphis, 2011, p 189-209
« Des femmes polonaises dans les fermes des Pays de la Loire », Polonia. Des Polonais en français de 1830 à nos jours. sous la direction de Janine Ponty, 2011, p 80-87.

2009
"De l'Histoire d'un Crime à un autre : le Seize-Mai et la réédition du 2 décembre"
, dans Le Seize-Mai revisité, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Ceges, 2009, p. 95-110.

2008
« De l’exilé à l’exilée : une histoire sexuée de la proscription politique outre-Manche et outre-Atlantique sous le Second Empire?», Le Mouvement social, 2008/4, n° 225, p. 27-38.
« Travel, Tourism and Migration seen through Exile », Going Abroad: Travel, Tourism and Migration; Cross-Cultural Perspectives on Mobility (C. Geoffroy, R. Simbley) Newcastle: Cambridge Scholars Publishing, 2008.
« Témoins oculaires et combattants républicains : destins de quelques Français au siège de Rome »
, Colloque CLIV Anniversario delle reppublica del 1849, L’Harmattan, 2008, [30 avril 2003, Universita degli Studi di Roma La Sapienza]
« Un épisode occulté : la Résistance française au siège de Rome, juin 1849 », Laurent Reverso (textes réunis par), La République Romaine de 1849 et la France, Préface de Pierangelo Catalano, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 75-91.
« Universalisme revendiqué ou cosmopolitisme forcé ? les exilés français et l’Etranger durant le second Empire », Étrangers et sociétés. Representations, coexistences, interactions dans la longue durée, sous la direction de Pilar Gonzalez, Manuela Martini et Marie-Louise Pelus-Kaplan, Rennes, PUR, 2008, p. 241-253.
"Conclusions", dans Sylvie Aprile, Emmanuelle Retaillaud-Bajac (éd.), Clandestinités urbaines. Les citadins et les territoires du secret (XVIe-XXe), Rennes, Presses Universitaires, 2008, p. 355-369 [Actes du colloque international de Tours, 20-21 janvier 2006]


RAPPORTS, MÉDIAS...


Articles de revues (sans comité de lecture, de vulgarisation)

2011
Hugo, « le Proscrit satisfait », L’Histoire n°365, juin 2011

Ouvrages de vulgarisation (ou chapitres de ces ouvrages)

2008
avec Hélène Bertheleu, Pierre Billion, Histoire et mémoire des immigrations en région Centre, Paris, L’Acsé, 2008, Tome I : Rapport final, 155 p. ; Tome II : État des sources et instruments de recherche, 160  p.

Presse, films, vidéos, émissions radio-télé, etc.

2013
La Fabrique de l'Histoire
, France-Culture, 17 octobre 2013 Louis-Philippe. Invité(s) : Sylvie Aprile, Judith Lyon-Caen, Laurent Theis

Autres publications (catalogues d'expositions, notices, rapports...)

 


Comptes Rendus

 

Articles - Ouvrages - Autres


ARTICLES

2006
« Louis Blanc, père fondateur de la vraie république ? »
, Louis Blanc, éditions Créaphis, 2006 [Colloque organisé par l’université Paris X, centre Louis et Charles Blanc]
« Exil et éloignement : la famille comme recours », Éloignement géographique et cohésion familiale, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2006. [Colloque Université Marc Bloch]

2005
« Exil et exilés français sous le second Empire »
, Hommes et migrations, n° 1253, janvier-février 2005.
« L’expérience de l’étranger : vivre et enseigner en exil après le 2 décembre 1851 », Documents, revue de la Société internationale pour l’enseignement du Français langue seconde, n° 32, 2005 , p. 47-72.
« Vieillir en politique »
, Écrire le Vieillir, sous la direction d’Alain Montandon, publié par CRLMC, Presses de l’Université de Clermont-Ferrand, 2005 [Actes du Colloque]

2004
« De l’histoire d’un crime à la Haine, destins croisés du proscrit Hugo et des bannis d’Hitler »
, Hugo Politique, sous la direction de Jean-Claude Caron et Annie Stora-Lamarre, Presses universitaires de Besançon, 2004. p 225-239. [Actes du colloque de l'Université de Besançon]
« L’espion, frère du proscrit. Regards croisés sur la surveillance politique des exilés sous le second Empire », Culture et conflits, n°53, 2004, p. 9-25.
« Tra Repubbliche e II Impero » colloque Les oppositions à Bonaparte organisé par le Dipartimento di Scienze della storia e della documentazione storica en collaboration avec l’IHRF, Novembre 2004.
« George Sand et la question de l’exil », colloque George Sand et le politique, Martine Reid (centre d’histoire culturelle, USVQ) Sénat, Décembre 2004.
« Exil. Mutations et transferts »
, Le Livre de l’hospitalité, accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures, sous la direction d’Alain Montandon, Bayard, 2004, p. 1455-1473.
« La Gauche sous le second Empire », « Exil et exilés de gauche au XIXe siècle », Histoire des gauches en France, sous la direction de Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, La découverte, 2004.


OUVRAGES

2007

Sylvie Aprile, Manuel Charpy et Judith Lyon-Caen (dir) , La bourgeoisie : Mythes, identités et pratiques, Revue d’histoire du XIXe siècle, n°34, 2007 http://rh19.revues.org/sommaire1202.html

2006

Sylvie Aprile, Fabrice Bensimon (dir.), La France et l’Angleterre au XIXe siècle : échanges, représentations et comparaisons. éditions Créaphis, 2006. Colloque organisé par l’Ecole Normale Supérieure (Passerelle des Arts, Lila), l’Université Paris X – Nanterre (Pôle XIXe siècle), et le CEHVI (Université François Rabelais-Tours).

2004

Sylvie Aprile, Nathalie Bayon, Laurent Clavier, Louis Hincker, Jean-Luc Mayaud, Comment meurt une république ? autour de 1851, Créaphis, 2004, Publication du Colloque de Lyon décembre 2001.


AUTRES

Communications

2008
« Le proscrit pèlerin » Intervention au colloque des French Historical Studies, 2008
« Être garibaldien entre militantisme, fidélité et folklore » : Table ronde animée par Mario Isnenghi (Un. de Venise) et Gilles Pécout (ENS/EPHE) Avec : Sylvie Aprile (Un. de Tours), Annita Jallet-Garibaldi (Associazione Nazionale Veterani e Reduci Garibaldini), Philippe Guistinati (Association française d’anciens volontaires et résistants Garibaldiens) , Giuseppe Monsagrati (Un. de Rome), Maurizio Ridolfi (Un. de Viterbe) , Colloque Garibaldi et la France, Février 2008.

2006
« Un travail de parlementaire : Auguste Scheurer-Kestneret ses correspondants »
communication au 57e congrès de la CIHAE-CHPP, Assemblées et Parlements dans le monde, du Moyen Âge à nos jours, Septembre 2006.

Comptes rendus