DOCTORANTS

HÂCHE
Philippe
Doctorant - Lille 3

philsaare@gmail.com

ARetour Annuaire

LIVRES À LA UNE...

 

 

 

 

 

AXES DE RECHERCHES

- Entre-deux-guerres- Période soviétique
- Pays baltes –sortir de l’Empire russe et soviétique
- Création de nouvelles frontières (Russie soviétique et Lettonie) et leurs rectifications  - Frontières intra-soviétiques
- Traités avec la Russie soviétique et la Fédération de Russie


  • PRÉSENTATION
  • RÉSUMÉ THÈSE
  • PARTICIPATION À LA RECHERCHE
  • TRAVAUX

Thèse en cours

Les frontières de l'Estonie au XXe siècle, entre frontière d'Empire et frontières nationales - sous la direction de Sabine Dullin


Expérience professionnelle - Responsabilités collectives - Sociétés savantes

Fonctions

Fonctions antérieures :
Enseignement de FLE et d’histoire en Pologne et en Estonie
Enseignant NKJO de Wroclaw
Lecteur université de Tartu (Estonie) 1999-2003
Centre culturel français (Tallinn)
Lycées et Ministères estoniens

Diplômes, formation, concours

DEUG-Licence-Maîtrise-Mastère en Histoire. Lille 3
Erasmus Irlande (Trinity College Dublin) 1993
Diplôme universitaire de maîtrise à l’exportation (DUMEX)

Compétences

Estonien
Anglais

 

Le choix d'un travail de thèse sur les frontières estoniennes s'inscrit dans la volonté de poursuivre et d'approfondir la recherche entreprise dans le cadre du mémoire de master 2 à partir des archives nationales estoniennes (Riigiarhiiv) et départementales (Saare Maa-arhiiv)). Le mémoire s'intitulait : Saaremaa, île-frontière aux confins occidentaux de l'URSS. Mise en place et spécificités d'un régime de zone frontalière fermée dans un espace insulaire de la mer Baltique (1939-1950). Ce mémoire se concentra sur la période d'occupation soviétique quand l'URSS borda ses frontières occidentales d'une zone frontalière fermée. Il permit d'analyser comment sur l’île estonienne de Saaremaa, l'ensemble du territoire très militarisé et en zone de contact avec l'Occident fut placé sous un régime frontalier spécial avec des conséquences multiples sur la mobilité de la population ou encore sur les activités maritimes. Cette législation s’installa progressivement dans une période marquée par une résistance armée et des tentatives d’incursions occidentales. L'étude chercha à démontrer que cette politique s'accompagna de mesures spécifiques de gestion de la zone frontalière alliant épuration et développement économique et politique pour s'assurer du soutien de la population. 
En thèse, je souhaiterais élargir le champ de la recherche à  l'ensemble des frontières estoniennes : les frontière maritimes ouvertes sur la mer Baltique et bordant le golfe de Finlande et les frontières terrestres avec la Lettonie et la Russie. Objet d'étude, ces frontières sont aussi pour moi un paysage familier, de par mes années passées à Tallinn (frontière maritime septentrionale), à Tartu (frontière terrestre au Sud-Est du pays) et Saaremaa (frontière maritime la plus occidentale).
Les frontières de l'Estonie ont émergé comme frontières étatiques dans le contexte de la sortie de l'Empire russe, de la défaite, de la révolution et de la guerre civile. Devenues pour ses frontières terrestres des limites intérieures de république après l'annexion soviétique de 1940 tandis que ses frontières maritimes coïncidaient avec la frontière de guerre froide  dans la Baltique, elles ont été "restaurées" lors la sortie de l'Empire soviétique.
Les frontières estoniennes situées dans une région longtemps perçue comme périphérique, dans l'ombre de la Russie puis dans celle de l'Union soviétique, ont été peu étudiées dans l'historiographie occidentale.
En Estonie depuis l'indépendance, il y a eu un développement des recherches sur certains moments fondateurs de l'identité estonienne, et notamment le traité de Tartu (2 février 1920) qui établit les frontières entre la Russie et l'Estonie (travaux du juriste estonien Lauri Mälksoo) ou sur d'autres jugés illégaux comme celui de l'intégration de l'Estonie dans l'URSS en août 1940. Ces études souvent juridiques alimentent le débat politique sur la continuité légale entre les années 1920 et les années post-soviétiques et sur le rejet de la période soviétique comme une parenthèse illégitime et illégale.
En France, quelques études ont vu le jour à la suite de l'ouverture des archives. Julien Gueslin a d'abord étudié en thèse l'émergence internationale des trois Etats baltes dont l'Estonie dans les années 1920 et leurs relations avec la France. Il a également publié un chapitre important pour notre projet sur  "Le mythe des États tampons. L’opinion française, les États baltes et la naissance d’une nouvelle frontière entre l’Europe et la Russie"dans Frontières du communisme (2007). Les ouvrages de Michel Foucher (ambassadeur en Lettonie de 2002 à 2006) accordent une place de choix aux problèmes baltes (notamment L'obsession des frontières, 2007). Par ailleurs, les profonds bouleversements géopolitiques du début des années 1990 ont nourri de nombreuses études de géographes ou de politologues (Pascal Orcier, Matthieu Chillaud).
Cette étude pourra s'appuyer sur la vaste bibliographie concernant la manière dont on étudie la frontière en situation impériale et dans une phase d'affirmation nationale (travaux de Peter Sahlins, de Daniel Nordman, de Michel Foucher). Elle peut se nourrir des travaux portant sur la question nationale et la délimitation des frontières inter-républicaines en URSS (Juliette Cadiot, Terry Martin, Francine Hirsch) ainsi que ceux portant sur les frontières extérieures de l'URSS et  les frontières du communisme en Europe (Sabine Dullin, Pelkmans).
L'étude des frontières estoniennes dans une continuité chronologique des années 1920 aux années 2000 dépasserait le cadre d'une thèse. Il s'agira donc de faire porter les recherches sur quelques grands moments au sein de cette séquence chronologique. Au cours de la thèse et en fonction des fonds  dépouillés, il sera sans doute nécessaire de resserrer encore le sujet.
On s'attachera d'abord à étudier le moment de la formation des frontières nationales estoniennes au lendemain de la Première Guerre mondiale et de la guerre estonienne d'indépendance  (1918-1920).  L'étude des négociations, des délimitations de frontière et de la mise en place des contrôles aux frontières avec la Russie soviétique mais aussi avec la Lettonie permettra de s'interroger sur les mécanismes de la reconnaissance diplomatique et géopolitique des Etats neufs de la région mais aussi sur la nature éventuellement différente des relations entretenues par l'Estonie avec ses voisins jusque dans les conflits qui les opposent (conflit frontalier avec la Lettonie autour de la ville de Valga/Valka et autour d'îles du golfe de Riga jusqu'en 1923, incidents frontaliers avec la Russie soviétique, à un moment où l'Estonie est supposée être un "border-state" du cordon sanitaire).
On abordera ensuite le moment de la perte d'indépendance de l'Estonie en août 1940, quand les frontières internationales lettones et russes se transforment en frontières intérieures soviétiques et ses frontières maritimes en portion du rideau de fer étroitement surveillé (avec le problème du franchissement des eaux territoriales). Un dossier très peu étudié (un seul article à ma connaissance : Anderson Edgar, « How Narva, Petseri, and Abrene came to be in the RSFSR », Journal of Baltic Studies,Volume 19, Issue 3, 1988, p.??) et qui retiendra notre attention porte sur les modifications de la frontière intra-soviétique entre la République socialiste soviétique fédérative de Russie (R.S.F.S.R.) et la République socialiste soviétique d'Estonie (R.S.S.E.), modifications qui s'échelonnèrent entre 1944 (perte de 5% du territoire estonien limitrophe au profit de la Russie) et 1957 (dernier transfert de territoire dans des confins où vivaient des populations de Sétus -minorité finno-ougrienne - habituées à une vie transfrontalière et des vieux-croyants russes). Un autre aspect important à envisager porte sur les réalités de la fermeture et de l'ouverture des frontières de l'Estonie. En s'appuyant sur notre travail de master pour la période des années 1940-1950, il s'agira de montrer ensuite l'ouverture graduelle des frontières de la R.S.S.E. à l'heure de la détente et la situation spécifique de l'Estonie au sein de l'URSS et du bloc soviétique, de par son image occidentale et européenne, de par sa proximité avec la Finlande avec laquelle s'ouvre une première liaison de ferry en 1965.
Enfin, il conviendra d'analyser le moment post-soviétique. Les frontières changent de nouveau de statut. La frontière estonienne prend une nouvelle signification avec l'intégration des pays baltes dans l'OTAN (2004) et l'Union européenne (2004) : tandis que sa frontière apaisée avec la Lettonie est dorénavant une frontière de deux Etats membres de l'U.E., sa frontière orientale est une portion de la frontière de l'Europe et, malgré un cycle de négociations débuté après l'indépendance, aucun traité frontalier avec la Russie ne la valide. La rupture de la négociation fut en 2005 provoquée par le traité de Tartu auquel le parlement estonien tenait à se référer comme "acte de naissance" de l'Etat estonien et à qui les négociateurs russes déniaient toute réalité  au nom de frontières entérinées par la R.S.S.E.  après 1945 et dont l'Estonie actuelle doit être l'héritière.
Au terme chronologique de cette étude, la frontière apparaît comme l'un des enjeux forts de la mémoire historique opposée et conflictuelle entre l'Estonie et la Russie.          
La thèse se propose donc d'aborder les frontières selon trois perspectives principales. La première perspective est celle d'une histoire de la frontière sous l'angle diplomatique et territorial (négociations des traités, enjeu des tracés, travail de délimitation des frontières, conséquences pour les populations frontalières). La seconde perspective est davantage policière et militaire, s'intéressant aux méthodes et au degré de surveillance des frontières, à  la lutte contre les infiltrations étrangères. Elle touche cependant aussi aux questions du loyalisme et donc des politiques d'intégration des populations des confins au territoire. La troisième perspective envisage la question des échanges envisagés à une échelle transfrontalière et régionale. La rive orientale de la Baltique a été depuis le Moyen-Age une zone de contacts et d'échanges, un carrefour entre les influences scandinaves, germaniques, polonaises et russes.  Aujourd'hui, c'est encore une zone importante du commerce mondial avec environ 20 % du fret mondial. La question porte dès lors sur les ruptures et les continuités. Les circulations, les coopérations et les échanges transfrontaliers commencent-ils dans la période de l'indépendance puis dans le cadre de l'Union européenne ? Quels sont les héritages de la période soviétique ? Sur les frontières maritimes, il s'agira d'historiciser les circulations des pêcheurs, les parcours de navigation et les circuits touristiques. Sur les frontières terrestres, nous nous intéresserons notamment aux relations entre la ville estonienne de Tartu et la ville russe de Pskov ainsi qu'aux projets transfrontaliers de coopérations dans le domaine de la protection de l’environnement.
L'étude se fondera principalement sur les archives de l'Etat estonien (Riigiarhiiv) qui sont ouvertes pour l'ensemble de la période :
ERA : Fonds République estonienne 1918-1940
Protection de l'ordre public :
- Les gardes-frontières
- Ministères,Gouvernement, Départements
Relations internationales :
- Commission mixte esto-russe (1919-1924)
- Commission mixte esto-lettonne (1919-1927)
- Ministère des Affaires étrangères (1918-1940)

ERA : Fonds R.S.S.E (1940-1990) et République estonienne (1990-2009)
Pouvoirs publics et gouvernements
Relations internationales
- Ministère des Affaires étrangères
Protection de l'ordre public :
- Administrations centrales
- KGB estonien et documents du MVD

 

Communications - Animation de la recherche - Valorisation


COMMUNICATIONS


Congrès, conférences, journées d'études

 


VALORISATION


Conférences grand public


Produits (bases de données, posters...)

 

Divers (participation à des tables-rondes, expositions...)



ANIMATION DE LA RECHERCHE


Organisation de Colloques, Journées d'études, expositions... - Animations de tables rondes - Programmes internationaux

 

Ouvrages - Articles - Rapports, médias... - Comptes Rendus


OUVRAGES


Ouvrages scientifiques

 

Direction/Coordination d'ouvrages

 


ARTICLES


Revues

 

Chapitres d'ouvrages (de livres, d'actes de colloques...)

 


RAPPORTS, MÉDIAS...


Articles de revues (sans comité de lecture, de vulgarisation)

 

Ouvrages de vulgarisation (ou chapitres de ces ouvrages)

 

Presse, films, vidéos, émissions radio-télé, etc.

 

Autres publications (catalogues d'expositions, notices, rapports...)

 

Travaux universitaires (littérature grise)

Mémoire de master 2 (2012), Saaremaa, île-frontière aux confins occidentaux de l’URSS. Mise en place et spécificités d’un régime de zone frontalière fermée dans un espace insulaire de la mer Baltique (1939-1950)
Mémoire de DEA (1993), La chambre de commerce de Lille et la première guerre mondiale, Dactylogramme, 119 p.DEA, Fonds Chadeau : CHA-TU 165
Mémoire de maîtrise (1992), La construction européenne au regard du journal Le Monde


Comptes Rendus